Comment répondre facilement à la question : Parlez-moi de vos défauts ?

Dans un entretien d’embauche, parler de vos faiblesses et de vos défauts est difficile. Mais je suis là pour rendre la tâche plus facile et plus utile pour vous.

Aujourd’hui, je veux parler de l’une des questions d’entrevue les plus fréquentes et les plus exaspérantes de toutes : Quelle est votre plus grand défaut ?

La plupart des candidats détestent cette question et la jugent inutile.

Après tout, ils ne sont pas aussi bêtes pour parler franchement de leurs plus grands défauts au milieu d’un entretien d’embauche.

Cependant, les recruteurs continuent à la poser, même s’ils savent qu’il est peu probable qu’ils obtiennent une réponse 100% honnête.

Pourquoi est-elle donc si importante pour eux ?

Parce que la façon dont vous répondez à une question sur vos faiblesses est très révélatrice.

Vous ne réalisez peut-être même pas ce que vous communiquez lorsque vous répondez à cette question.

Et avouons-le, vous le faites probablement mal.

La plupart des gens le font. Je dis cela en tant que coach, car au moins 90% de mes clients ont besoin d’aide pour répondre à la question sur les défauts.

Parlez-moi de vos défauts ?

Voici les erreurs qu’ils font généralement (vous pourriez être en mesure de vous identifier) :

1. Essayer de transformer un négatif en positif.

Vous trouverez de nombreux candidats qui essaye de «transformer un négatif en un positif» en partageant une faiblesse supposée qui est en fait une qualité souhaitable chez un employé.

Quelques exemples :

  • Je suis trop perfectionniste.
  • Je travaille trop dur parfois.
  • Je me préoccupe trop de mon travail.

Cette idée peut vous paraitre brillante mais en réalité, c’est un vieux truc que l’interviewer à dû voir un million de fois chez les candidats. En fait, cette approche lui fera probablement penser que vous cachez quelque chose.

2. Refuser de répondre à la question.

Certains candidats affirment qu’ils ne peuvent pas penser à une seule faiblesse.

C’est probablement parce qu’ils ne se préparent pas correctement à la question, pour d’autres c’est la crainte de dire la mauvaise chose.

Cette réponse vous donne aussi l’air de cacher certains éléments de votre vie personnelle ou professionnelle.

3. Révéler une faiblesse qui sème le doute dans l’esprit du recruteur.

Une autre erreur majeure, c’est être trop franc et d’avouer une faiblesse qui entraverait votre capacité à exceller dans le rôle.

Une fois, j’ai eu une réponse d’un candidat: «J’ai du mal à me lever le matin et à me rendre au travail à temps.» Sa véritable faiblesse était qu’il était trop honnête.

Conseil :

Maintenant passons à la manière de répondre d’une manière simple et ingénieuse à la cette question afin de laisser une impression positive dans la tête du recruteur, la bonne réponse à cette questions est composée de deux parties importantes :

Partie 1) Votre défaut

Décrivez brièvement une réelle faiblesse qui ne constituerait pas un handicap majeur au travail.

Vous ferez une meilleure impression avec sincérité.

Cela ne signifie pas que vous devez partager une faiblesse qui vous fait paraître mauvais.

• Choisissez une faiblesse acceptable pour le travail en cours.

Soyez conscient des exigences de l’emploi et ne citez pas une faiblesse liée à l’une des compétences requises ou des qualités souhaitées.

Si vous êtes comptable, ne parlez pas de haïr les mathématiques ou de manque d’attention aux détails.

Si vous êtes dans les ventes, ne pas avouer être trop réservé ou manquer de persévérance.

• Sélectionnez une faiblesse relativement mineure et « réparable ».

Par réparable, je veux dire que c’est quelque chose que vous pouvez améliorer grâce au travail et à la motivation.

Par exemple : « Je suis nerveux quand je parle devant de grands groupes. » (Vous pouvez vous améliorer grâce à la pratique et à l’apprentissage de nouvelles compétences – et c’est un domaine de développement commun pour la plupart des personnes.)

Partie 2) Comment vous travaillez déjà dessus

La partie 2 est l’élément critique. Discutez de vos efforts proactifs pour vous améliorer. Cela montre que vous êtes conscient de vous-même, que vous avez le désir de faire de votre mieux et que la faiblesse ne vous ralentira pas.

Dans la deuxième partie de votre réponse, vous devez décrire comment vous avez déjà pris des mesures pour améliorer votre zone de faiblesse.

Voici pourquoi :

  1. Un grand candidat cherche toujours des moyens d’apprendre et d’évoluer.
  2. Un candidat fabuleux prend alors l’initiative d’améliorer sa situation.

Utilisez votre réponse pour démontrer votre motivation à être le meilleur dans ce que vous faites.

C’est ainsi que vous pouvez vraiment mettre l’accent sur le positif lorsque vous parlez de votre faiblesse.