Comment répondre facilement à la question : Parlez-moi de vous ?

Comment répondre facilement à la question : Parlez-moi de vous ? Lors d’un entretien d’embauche.

Certaines questions posées lors des entretiens d’embauche sont toujours présentes dans ce type d’exercice, quel que soit votre secteur d’activité, votre niveau d’expérience et votre type d’emploi.

Au sommet de cette liste de questions se trouve la classique et redoutée par tous « Parlez-moi de vous ». (Ou sa variante « présentez-vous »), cette question apparaît dans presque tous les entretiens d’embauche et de nombreux chercheurs d’emploi la détestent.

Comment présentez-vous ?

La question est détestée car les chercheurs d’emploi sont frustrés d’essayer de déchiffrer exactement ce que le recruteur cherche à savoir en posant cette question.

Cependant, si vous vous préparez correctement, il n’y a aucune raison de redouter cette question.

En réalité, cette question est une opportunité unique pour vous de donner le ton de l’entretien et de souligner les points que vous voulais mettre en avant.

Malheureusement, la quasi-totalité des candidats perdent cette opportunité en plongeant simplement dans une longue récitation de leur CV, d’autres chercheurs d’emploi parlent de certains éléments personnels qui n’ont pas leur place dans un entretien.

Au lieu de cela, essayez une réponse concise et enthousiaste qui résume votre image de grande taille pour le travail.

C’est aussi une bonne occasion de partager quelques informations sur vos réalisations et objectifs dont vous êtes le plus fier.

Le point de vue de recruteur :

Qu’est-ce que l’intervieweur essaie d’accomplir en vous demandant de « lui parler de vous» ? Eh bien, pour le recruteur, c’est un moyen facile et ouvert de commencer la conversation.

Son but ultime pour cette entrevue est d’en savoir assez sur vous pour décider si vous êtes un bon profile pour le poste ou pas.

Dans la plupart des cas, il veut se faciliter la vie en trouvant un bon candidat rapidement. Cependant, il est également sur ses gardes car une mauvaise embauche reflète mal son jugement et peut-être même son incompétence envers sa direction.

Il espère que cette question vous fera parler.

Cette question est presque toujours posée en premier, peut-être juste après une discussion sur le trafic et la météo.

En conséquence, sa première impression de vous sera liée à la réponse que vous avez donné à cette question.

Donc il est primordiale de faire une impression inoubliable.

La formule magique pour répondre à cette question

Je vais partager la formule que j’enseigne à mes clients lors du coaching individuel ou en groupe. La réponse est composée de trois parties.

1. Qui vous êtes

Votre première phrase devrait être une introduction de qui vous êtes professionnellement, un aperçu qui montre vos forces et donne un peu de votre personnalité.

Vous ne pourrait jamais le faire d’une manière improvisée même si vous êtes le plus compétent des candidats. « Prenez le temps de vous préparer à l’avance ».

Mauvaise exemple : «Je m’appelle Lamia, 26 ans, j’habite à Alger, je suis célibataire. J’ai un diplôme en psychologie sociale de l’université d’Alger, j’ai compléter ma formation avec un master en ressources humaines, ensuite j’ai décroché mon premier job dans une petite entreprise ou je m’occupais de ce qui administratif et paie, après trois ans, j’ai pu rejoindre l’entreprise dans laquelle je suis depuis 5 ans, actuellement je m’occupe du recrutement et de la formation  » (Cette personne est en train de lire son CV)

Bon exemple : « Je suis une gestionnaire des ressources humaines innovatrice avec 8 ans d’expérience dans la gestion de tous les aspects de la fonction RH – du recrutement à la formation dans de très grandes entreprises.

2. Faits importants de votre expertise

Ne présumez pas que l’intervieweur a lu attentivement votre CV et connaît vos qualifications à la lettre.

Utilisez l’analyse de votre parcours professionnel pour mettre en évidence brièvement 2-4 points que vous pensez êtres les plus marquants de votre carrière.

Mauvaise réponse : « Mon premier emploi était comme assistant administratif pour Zara à Paris. J’ai beaucoup appris dans ce rôle qui m’a bien servi au cours des 12 années suivantes. À l’époque, je n’étais pas certaine de mon cheminement de carrière, alors j’ai occupé un poste dans l’immobilier. Cela n’a duré que six mois, mais j’ai vraiment apprécié…. « 

Zzzzzzz. Personne ne se soucie de votre premier emploi il y a 12 ans. Vous commencez avec la partie la moins impressionnante de votre carrière et le recruteur est susceptible de s’ennuyer rapidement et couper court à l’entretien.

Bonne réponse : «J’ai passé les six dernières années à développer mes compétences en tant que gestionnaire du service à la clientèle pour le compte de Sonelgaz, où j’ai dépassé mes objectifs annuels depuis que je suis sur poste, en plus j’ai été promu deux fois en moins de trois ans. J’aime beaucoup le fait de gérer les équipes et surtout résoudre les problèmes des clients.  » (L’accent est mis ici sur l’expérience, l’enthousiasme et la preuve de performance).

3. Pourquoi vous êtes ici – Finissez ce discours en leur disant que vous voulez le poste et surtout pourquoi ?

Mauvaise réponse : « A cause des problèmes financiers de l’entreprise et certains conflits avec mon patron, je suis inquiet pour la stabilité de mon travail et j’ai décidé de commencer à chercher de nouvelles opportunités. »

Ne soyez pas trop franc ou vous risquez de paraître négatif.

Cette réponse donne également l’impression que vous êtes intéressé par un emploi, n’importe lequel et pas cet emploi en particulier.

Bonne réponse : « Bien que j’adore mon poste actuel, je me sens maintenant prêt pour aller de l’avant et trouver un défi à la hauteur de mes ambitions, et ce poste me motive vraiment. » (Concis et objectif)

Rappelez-vous :

  • Vous aurez plus de temps pour parcourir votre CV plus en détail et combler ses questionnement.
  • N’essayez pas d’introduire trop d’informations ou votre interlocuteur commencera à vous interrompre. Un bon entretien est un dialogue, pas un monologue.
  • Restez concis et donnez à votre interlocuteur la chance de plonger dans le débat et de poser des questions.