Parlez-moi d’une fois où vous avez fait une erreur dans votre travail

Comment répondre à la question « Parlez-moi d’une fois où vous avez fait une erreur dans votre travail » ?

Même si vous savez que cette question finira par tomber durant l’entrevue, il est toujours difficile de se sentir tout à fait prêt à discuter d’une erreur que vous avez commise.

Mais, voici un petit secret : Être ouvert sur un exemple spécifique de quand vous avez fait une erreur vous fera marquer réellement des points, même avec le recruteur le plus dur.

Parlez-moi d’une fois où vous avez fait une erreur dans votre travail ?

Voici trois règles à suivre lorsque vous répondez à cette question redoutée.

1. Vous êtes seul responsable.

Nous faisons tous des erreurs. Et tous ceux avec qui vous allez passer un entretien pour n’importe quel travail le savent.

Mais, quand vous savez que quelque chose était de votre faute, faites-vous une faveur et reconnaissez-le.

Personne ne veut travailler avec quelqu’un qui pointe toujours les autres du doigt, et pourtant, trop de candidats essayent de convaincre les recruteurs qu’il n’y avait rien qu’ils auraient pu faire différemment.

Et c’est une énorme déception, surtout quand le recruteur commence à apprécier le candidat.

En cas de doute, choisissez une erreur dont vous pouvez donner le maximum de détails possible.

Voici un exemple fictif :

« Au début de ma carrière, j’ai raté une deadline d’un projet, ce qui nous a coûté un très gros compte. Il y avait beaucoup de facteurs qui ont contribué à cela, mais finalement, j’étais celui qui a fait la grande erreur. De cette expérience, j’essaye d’imaginer ce que j’aurais pu contrôler et ce que j’aurais changé. Il s’avère que je n’étais pas aussi organisé que je le pensais. Je me suis assis avec mon patron, j’ai demandé des suggestions sur la façon d’améliorer mes compétences organisationnelles, et quelques mois plus tard, j’ai été en mesure de recruter un client encore plus grand pour le département ».

Ce genre de réponse couvre beaucoup de choses.

Mais le plus important, c’est qu’il aborde l’erreur, les leçons apprises, et les mesures prises pour grandir de l’expérience.

Cela termine aussi les choses sur une note vraiment positive.

2. Ne supposez pas que vous avez fini de parler de votre erreur une fois que vous avez répondu à la question.

Toute réponse honnête à propos d’une erreur que vous avez commise dans le passé sera appréciée.

En fait, votre honnêteté sera tellement appréciée que la plupart des intervieweurs auront d’autres questions pour mieux comprendre la situation.

Chaque fois que le recruteur entend un candidat répondre ouvertement à propos d’une erreur précédente, il commence forcement à s’attacher à lui.

La discussion pourrait se passer de cette manière :

« Q : Parlez-moi de quelque chose que vous auriez aimé faire différemment.

R : Je n’ai pas assez développé un rapport qui a fait paraître mon patron vraiment incompétent devant un client potentiel. Ce n’était la faute de personne que la mienne.

Q : Alors, que pensez-vous avoir appris de cet exemple ?

R : J’ai appris que ces rapports sont vraiment difficiles à écrire ».

Souvent, les recruteurs poussent les candidats dans leurs retranchements jusqu’à ce qu’ils deviennent transparents avec eux.

Une fois que vous êtes à l’aise avec l’introduction de l’histoire, soyez aussi ouvert que possible sur toutes les facettes de votre erreur.

3. Même si votre erreur était un mauvais choix de job, ne blâmez pas votre ancienne entreprise.

Parfois, il n’en faut pas beaucoup pour comprendre que votre travail ne vous convient pas.

Et même si la franchise est appréciée lorsque vous parlez d’erreurs antérieures, ne vous lancez pas dans une tirade sur le fait que vous n’aimiez pas votre patron, votre équipe ou votre entreprise.

En fait, si ce sont les raisons pour lesquelles votre emploi actuel ne vous convient pas, repensez la façon dont vous en parlez.

Cela dit, s’il y a d’autres raisons pour lesquelles vous n’êtes pas heureux dans votre rôle actuel. Si vous avez des circonstances uniques, une réponse comme celle ci-dessous vous donnera des points de supplémentaires.

« Je suis vraiment très heureux dans mon travail à bien des égards. Mon patron est génial, la compagnie est géniale et je travaille avec une équipe très motivée. Mais, j’ai pris un travail dans les ventes parce que je voulais m’assurer que j’avais assez d’argent pour payer mes factures et, finalement, je suis devenu très bon. Mais, même si mon travail de vente a été bon pour moi financièrement, je suis allé à l’Université pour être journaliste et finalement je sens que c’est le bon moment pour finalement poursuivre mon rêve d’écrire pour un grand magazine d’actualité comme le vôtre ».

La meilleure partie de cette réponse ? C’est honnêteté, mais à aucun moment il ne dit les mots, « prendre ce travail était une énorme erreur. »

Certaines personnes décrochent leur emploi de rêve dès la sortie de l’université, mais pour la majorité d’entre nous, cela demande un peu plus de temps.

Personne n’aime parler de choses qu’ils n’ont pas bien faites.

Personne ne voudra jamais parler des choses qu’ils souhaitent être allées différemment, surtout quand un poste est en jeu.

Mais, même si cela va à l’encontre de la sagesse conventionnelle, soyez prêt à parler des erreurs que vous avez commises dans le passé.

Vous serez surpris de constater à quel point cette connaissance de soi contribuera grandement à faire comprendre à tous ceux avec qui vous passer des entretiens que vous êtes la bonne personne pour ce travail.