Comment échouer à un entretien en 6 étapes?

Donc vous êtes fatigué de votre rôle actuel, vous voulez plus d’argent, peut-être que vous cherchez à déménager.

Quelle que soit la raison, vous êtes prêt à faire le grand saut.

Vous avez envoyé des CV à gauche et à droite et en appuyant sur Envoyer autant de lettres de motivation, votre main est maintenant en forme permanente comme votre souris.

Et finalement, ça arrive ! Un recruteur vient d’appeler et vous invite pour une entrevue.

Quelques semaines plus tard et vous envoyez un courriel et appelez pour avoir une suite à votre entretien. Pas de réponse.

Et puis, vous recevez le modèle de courriel vous disant « nous avons décidé d’aller avec un autre candidat, désolé. »

Qu’est-ce qui vient de se passer ? vous pensiez peut être qu’ils ont aimé votre performance pendant l’entretien.

Vous avez échoué à l’entretien.

Même si je disais que votre seule faute était d’être un petit peu moins génial que le candidat qui vous a battu, ce n’est généralement pas le cas.

En fait, d’après mon expérience en matière d’entrevue, il semble toujours y avoir un candidat qui se démarque et qui gagne par une différence flagrante.

Comment échouer à un entretien en 6 étapes?

Voici quelques désagréables pratiques que les candidats d’élite ne commettront jamais en entretien.

1. Mauvaises manières.

Celle-ci est tellement bête que j’ai décidé de la mettre en haut de la liste. J’ai une longue liste de transgressions ici, mais je ne vais vous donner que deux exemples, pour le reste vous les connaissez tous.

Le Retard.

Tous les candidats prétendent être sérieux dans le discours, mais quel façon de montrer votre différence, en arrivant 15 minutes en retard à un entretien.

Vous n’obtiendrez pas le travail.

Votre tenue.

Si vous ne connaissez pas le code vestimentaire dans votre nouvelle entreprise, alors vous devriez vous habiller d’une manière classique.

Mieux encore, à moins que vous n’interviewiez pour travailler dans une école de clown, vous devriez jouer la sécurité.

S’ils veulent que vous soyez à l’aise dans une interview, ils vous le diront. Jusque-là, restez avec un costume.

2. Vous ne savez rien de l’entreprise.

Vous ne pouvez pas entrer dans une entreprise en espérant qu’ils vous embaucheront et ne sauront rien à votre sujet.

Cela ne peut tout simplement pas arriver.

Au minimum, vous devez connaître l’emploi pour lequel vous interviewez et comment vos compétences s’appliqueront. Cela signifie avoir une liste des raisons pour lesquelles vous seriez le candidat idéal pour le poste.

La plupart des entreprises vous donneront de bons conseils avant même d’y entrer, ils vous diront avec qui vous allez passer l’entretien (pour que vous puissiez les consulter sur LinkedIn) et la description du poste indiquera quelques détails sur le département dans lequel se trouve le poste – vous pouvez utiliser tout cela dans votre recherche.

3. Vous ne voulez pas réellement le poste pour lequel vous interviewez.

Vous devez montrer un sens de l’initiative durant l’entretien. Même si je pense que c’est impressionnant quand un candidat déclare qu’il aspire à mon travail un jour, je pense que c’est un peu moins impressionnant quand il veut passer toute l’entrevue à en parler.

Je recrute pour ce rôle, pas pour ce rôle – alors dites-moi pourquoi vous voulez celui-ci. Une fois que vous êtes embauché, vous pouvez me parler de vos objectifs de carrière et nous allons le faire ensemble.

4. Vous posez les mauvaises questions.

La question «Avez-vous des questions pour nous?» N’est pas le moment de laisser l’employeur potentiel jeter un coup d’œil derrière le rideau de votre carrière.

Tant de candidats tombent dans ce piège, et un recruteur intelligent va lire plein de choses derrière vos mots et apprendre tous les secrets de votre passé si vous aimez poser ce genre de questions.

Contentez de vos de poser des questions liées aux postes et rien d’autre, car il vous faut trouver un moyen d’obtenir l’information dont vous avez besoin pour prendre une décision éclairée sur cette offre d’emploi sans révéler des faits négatifs sur vous.

5. Vous mentez.

Si le recruteur regarde votre curriculum vitae qui indique que vous travaillez toujours pour une entreprise, alors qu’il découvre que ce n’est pas le cas, il ne vais pas penser que vous avez fait une faute de frappe ou que vous avez oublié de le mentionner.

Le recruteur va penser que le candidat ment.

Vous devez d’abord vous assurer que l’information contenue dans votre curriculum vitæ est exacte (parce que si vous entrez dans le jeu des faux prétextes, les gens vont vous trouver malhonnête et vous apprécieront beaucoup moins).

Vous pouvez généralement dire quand un interviewer veut savoir quelque chose de spécifique. Si vous comprenez qu’ils veulent des informations bien précises sur votre passé, soyez honnête.

Les recruteurs sont humains et ils savent que vous l’êtes aussi, alors n’ayez pas peur d’en être un.

La plupart d’entre eux aiment aussi embaucher de bonnes personnes qui peuvent expliquer des situations réelles, peu importe les raisons.

6. Vous ne les avaient pas assez impressionné.

N’ayez pas peur, introvertis, celui-ci ne vous fera pas de mal. L’effervescence vient de plusieurs façons. Si vous êtes interrogé sur les trois derniers livres que vous avez lus, s’il vous plaît ne répondez pas, « Oh, je ne lis pas. »

Si vous voulez vraiment ce travail et qu’on vous demande : «Seriez-vous prêt à apprendre telle compétences ou tel logiciel», répondez toujours par« oui ! »Ne dites pas ce que beaucoup de candidats déclarent ; « Je n’aime pas vraiment faire ça. «