N’entrez jamais en entretien d’embauche sans avoir préparer cette question importante !

Il est presque inévitable qu’on vous demande de poser des questions pendant une entrevue, ce moment est votre opportunité de montrer que vous avez fait vos devoirs.

Même si vous avez pu vous en sortir en répondant aux questions les plus répandues (Défauts, réalisations, objectifs…).

Au moment où vous commencez à vous détendre en vous disant que le plus dur est passée, le recruteur vous pose une question qui semble anodine ou sans importance «Avez-vous des questions ? »

Ne laissez pas passer cette occasion de vous démarquer de la concurrence, car souvent les candidats répondent par la négative en annonçant qu’ils n’ont n’en pas, cependant cette question est le seul moment que vous offre votre interlocuteur (l’entreprise) pour vous exprimer librement sur vos motivations sans vous sentir enchainé par une question bien précise.

La clé réside dans la préparation, ainsi que d’éviter certaines réponses.

Vous voudrez peut-être renvoyer des questions ou faire des commentaires sur ce que l’intervieweur a déclaré pendant tout l’entretien.

Comment préparer son entretien d’embauche ?

Voici donc comment vraiment briller quand on vous pose cette question.

1. Soyez préparé.

Cette question est posée si souvent, que personne ne devrait être surpris ou mal préparé en l’entendant. Afin de réussir il faut avoir un plan d’action en rédigeant les points clés.

Mieux encore, prenez un bloc-notes pour écrire des notes au cours de l’entrevue au cas où quelque chose susciterait une nouvelle question.

Alors que vous pouvez préparer une liste à l’avance, vous devez vous adapter au cas où la personne effectuant l’interview change.

Si vous avez des questions adressées au directeur des ressources humaines, en sachant que c’est chef de votre département potentiel qui se présente à la place, vous devrez poser quelques questions pour avoir des réponses plus tard.

Planifiez à l’avance qui vous pourriez rencontrer au cours de l’entrevue et préparer des questions pour plusieurs scénarios.

De plus, assurez-vous de marquer sur votre carnet si l’intervieweur a déjà répondu à l’une de vos questions pendant l’entrevue. Vous ne voulez pas avoir l’air de ne pas avoir écouté la première fois.

2. Ce qu’il ne faut pas dire.

La question «Avez-vous des questions?»

Peut être ouverte, mais cela ne signifie pas que vous pouvez demander ce que vous voulez.

Certains sujets soulèvent automatiquement le doute, et certaines, si elles vous semblent importantes, peuvent donner une fausse impression de vous en tant qu’employé potentiel.

Voici quelques exemples :

Activités extra-professionnels

La règle standard dans ce cas et de ne pas en poser, car cela peut signifier que vous êtes plus concentré sur ces éléments que sur le poste en question.

Si la famille ou le sport vous importent, soyez fidèles à vous-même et formulez une question dans cette partie de vous-même.

L’authenticité est importante et les intervieweurs peuvent repérer quand quelque chose ne va pas.

Il devrait également être clair que la qualité de votre travail ne souffrira pas seulement parce que vous appréciez de nombreux aspects de la vie.

Questions auxquelles vous pouvez répondre

Si une recherche Google ou une navigation sur le site Web de l’entreprise peut répondre à une question, ne la demandez pas.

Cela fait perdre du temps et les intervieweurs s’attendent à ce que les employés potentiels fassent des recherches avant de venir à l’entreprise.

Salaire / avantages

Lors d’une première entrevue, essayez d’éviter de poser des questions sur l’argent, sauf si cela est nécessaire. Cela peut vous peindre comme intéressé et, même si vous devez faire attention à vous-même, un employeur peut s’attendre à ce que vous mettiez cela de côté lors de votre première rencontre.

Une exception peut résider dans la question des heures de travail en relation avec les obligations familiales.

Si vous pouvez dire qu’une telle question ne passera pas bien, ne la demandez tout simplement pas.

Questions compliquées

Ne forcez pas un intervieweur à prendre des notes juste pour suivre votre question. Posez des questions simples et passez à une autre partie de l’entretien si nécessaire.

Cette partie de l’entrevue est conversationnelle, ne mettez pas dix minutes à poser une seule question.

Trop de questions. Restez simple et gardez-ce moment court.

Les intervieweurs vous demandent souvent si vous avez des questions par courtoisie.

Donc il ne faut pas outrepasser le temps que votre interlocuteur vous a assigné, en soulevant trop de questions. Surveillez aussi les signes ou les gestes de l’intervieweur quand il ou elle veut conclure l’entretien.

3. Préparer une question

Cette opportunité vous offre une chance de montrer votre niveau d’engagement avec l’entreprise, un signe clair que vous appréciez l’échange.

Utilisez ce moment pour vous rappeler des déclarations précédentes de l’interlocuteur ou pour faire référence aux informations piochées concernant l’entreprise.

Faites des recherches non seulement sur l’entreprise, mais aussi sur l’industrie.

Passez du temps en amont sur la littérature couvrant un nouveau développement dans le domaine qui s’applique à l’employeur, et préparer une question autour de cette information.

Même si la question n’est ni complexe, ni stimulante, elle montre que vous avez déjà investi du temps et de l’énergie dans l’entreprise.

Évitez les questions fermées «oui» ou «non», qui peuvent ne pas intéresser l’intervieweur pendant ce moment, ou même annuler une opportunité de construire une interaction positive.

Visez des questions concernant votre rôle dans l’entreprise, les choses que vous voulez savoir sur l’employeur ou l’intervieweur, ou, si vous avez confiance en vous, posez-leur des questions sur vous.

Cela vous donne un retour d’information ainsi que la possibilité de répondre à une faiblesse sur place ou de faire un suivi sur le sujet dans une lettre de remerciement.