Comment déterminer si vous devez accepter une offre d’embauche ou pas ?

Vos compétences en recherche d’emploi, votre curriculum vitae optimisé par mot clé, votre stratégie de réseautage et vos techniques d’entrevue éblouissantes vous ont peut-être aidé à vous faire proposer une offre d’embauche (Bravo), Mais votre travail n’est pas encore terminé.

Comment déterminer si vous devez accepter une offre d’embauche ou pas ?

Maintenant, vous devez décider si vous devriez saisir cette opportunité ou continuer à chercher.

Juste parce qu’un poste sonne bien ne signifie pas nécessairement que c’est le choix parfait pour vous. Pour déterminer si l’offre que vous envisagez est «la bonne», commencez par vous poser sept questions.

1. Ce travail réponde-t-il au minimum nécessaire ?

Voici les détails essentiels de ce à quoi ressemblerait l’emploi qui vous convient : vos déplacements, vos heures de travail, votre salaire, votre poste, vos avantages sociaux, etc.

Réfléchissez à cette question comme critère de base pour déterminer si accepter l’offre d’embauche est la meilleure chose à faire.

Si vous devez absolument travailler à la maison tous les jeudis ou si vous ne pouvez pas imaginer gagner moins d’un certain salaire annuel, un emploi avec un horaire de travail rigide ou un régime de rémunération qui ne répond pas à vos attentes, ne répond pas à vos exigences minimum.

2. Ai-je une bonne compréhension de ce que l’on attend de moi ?

En termes simples, que ferez-vous chaque jour et comment votre performance sera-t-elle mesurée ?

Vous seriez surpris de voir combien de personnes acceptent les offres sans vraiment comprendre à quoi leur rôle va ressembler – et cela ne se passe généralement pas très bien.

Comprendre comment votre performance sera évaluée et déterminer si cela correspond à vos objectifs et votre style de travail est un autre élément crucial de l’équation.

Par exemple, si vous êtes vraiment enthousiaste à l’idée de prendre un nouveau rôle dans les ventes, mais que vous craignez que les objectifs fixés ne soient pas réalistes ou ne vous sentez pas bien dans votre futur territoire, ce n’est peut-être pas votre travail.

3. Suis-je réellement motivé par ce travail ?

Juste parce que vous pouvez faire le travail, ne veut pas dire que ça va vous garder engagé. Bien sûr, vous pouvez être très compétent sur Excel, mais si regarder des feuilles de calcul toute la journée vous rend un peu fou, vous ne serez pas exalté si vous prenez un rôle où vous passerez la majorité de temps à entrer des données sur Excel.

Une autre façon de penser à cela est de considérer si vous pouvez vous voir faire ce travail pendant une période prolongée.

Si vous pensez que vous serez en charge de vos responsabilités quotidiennes juste pour quelques mois, c’est probablement un mauvais choix.

4. Puis-je me voir travailler avec le manager actuel ?

Votre manager peut faire la différence entre aimer votre travail et le détester. Demandez-vous comment vous travaillez le mieux.

Est-ce avec un patron qui vous donnera des tonnes de consignes, ou préférez-vous travailler de façon autonome ?

Est-ce important pour vous de trouver un manager qui n’investira pas seulement dans la croissance de votre carrière mais qui écoutera vos idées ?

Comparez votre manager idéal à votre futur patron ; Si les deux ne s’alignent pas, vous pouvez continuer à chercher.

5. Est-ce que la culture de l’entreprise me convient ?

Êtes-vous un papillon social qui prospère dans un environnement de travail collaboratif ou un ouvrier qui aime passer sa pause déjeuner seul à suivre l’actualité sur votre smartphone ?

Consacrez du temps à réfléchir à ce qui vous rend heureux et décidez ensuite si la culture de cet employeur potentiel fonctionnera pour vous.

Et donnez à ce travail de sérieux points de bonus si vous vous sentez inspiré par l’énoncé de mission de l’entreprise ou si vous aimez absolument tous ceux que vous avez rencontrés au cours de votre entrevue.

6. Est-ce que accepter ce travail m’aidera à atteindre mes objectifs futurs ?

Des choses comme l’industrie, le cheminement de carrière, l’équilibre travail-vie personnelle et la réputation de l’entreprise peuvent tous jouer un rôle dans la réalisation de vos objectifs de carrière à long terme.

Cherchez-vous à charger votre CV avec de grands employeurs ? Donc, prendre ce travail dans une grande entreprise est probablement une bonne option.

Vous voudrez probablement trouver une entreprise avec de nombreuses opportunités d’évolution et un programme de développement des employés solide.

Le choix d’un rôle basé uniquement sur la réputation de l’entreprise ou sur l’industrie n’est pas le but ici – mais il peut s’agir de facteurs sérieux à considérer en fonction de ce que vous espérez réaliser.

7. Est-ce que vous avez un bon pressentiment face à cette offre ?

Un travail peut avoir tout sur papier – un bon salaire, une tonne d’espace pour l’évolution, une culture d’entreprise impressionnante – mais si votre instinct vous dit de ne pas accepter, ne l’ignorez pas.

D’un autre côté, si le rôle que vous envisagez ne répond pas à tous les éléments de votre liste d’exigences, mais que vous êtes toujours intéressé, vous devriez en tenir compte.

Si nous prenions des décisions basées uniquement sur le fait qu’un emploi (ou toute expérience de vie) coïncidait avec chaque élément de notre liste de souhaits, nous manquerions de nombreuses opportunités.

Rien ne va jamais être vraiment parfait, et si vous avez envie d’y aller, alors vous savez quoi faire.

Il n’y a pas de formule parfaite pour déterminer si un emploi en particulier sera le bon pour vous (et un jour vous pourriez vous trouver dans une telle situation que vous n’avez pas d’autre choix que d’accepter), mais en regardant chaque opportunité d’une variété d’angles différents vous aidera à prendre la meilleure décision.

Si tout le reste échoue, accordez-vous une pause, faites une promenade dehors, passez du temps avec vos amis ou passez une bonne nuit de sommeil avant de revoir votre décision avec un état d’esprit plus claire.

En fin de compte, si cela semble juste, c’est probablement le cas.