Secrets de recruteurs : 10 raisons pour lesquelles vous n’êtes pas recruté (Partie 2)

Continuons donc de dérouler les raisons principales pour lesquelles les candidats sont régulièrement rejetés durant les entretiens d’embauche.

10 raisons pour lesquelles vous n’êtes pas recruté

Si vous n’avez pas lu la première partie, vous pouvez y accéder via le lien suivant:

Votre langage corporel vous a trahi.

Peut-être que vous pouvez vous en sortir avec une poignée de main moue. Peut-être. Mais une poignée de main peu ferme et un mauvais contact visuel, probablement pas.

Votre langage corporel envoie un message fort.

Une bonne posture, un sourire lorsque cela est approprié, un contact visuel et une inclinaison vers l’avant sont autant de façons positives d’exprimer votre intérêt pour le poste.

Évitez les comportements socialement gênants comme garder votre manteau, tenir votre sac sur vos genoux, ou mettre de nouvelles chaussures avant d’aller en entretien.

Entrainez-vous à l’avance afin d’éviter les comportements distrayants tels que les tics verbaux du genre « mmmm » et « euhhhh » ou « la répétition d’un même à chaque phrase » afin de paraitre plus sur de vous-même quand vous répondez aux questions des recruteurs.

Ces indices non verbaux peuvent être le résultat naturel de l’anxiété. Les recruteurs avisés ne seront pas trop prompts à vous congédier pour être un peu nerveux.

Cependant, ne sous-estimez pas le pouvoir de la confiance, même si vous devez faire semblant.

Un peu d’agitation peut vous faire perdre le poste surtout s’il s’agit de décider entre vous et un autre candidat aussi qualifié qui projette mieux la confiance et les compétences interpersonnelles.

Et rappelez-vous que trop de confiance peut aussi se retourner contre vous.

Faites attention aux comportements qui peuvent être considérés comme impolis.

Par exemple, apporter une tasse de café à l’entretien, garder votre téléphone allumé pendant l’entrevue. Il y a une ligne entre être confiant et être arrogant.

Ne le traversez pas.

Vous n’avez pas assez engagé le recruteur.

Vous pensiez que l’entretien s’est bien passé.

Vous avez eu une réponse pour chaque question, vous avez maintenu un contact visuel, et votre expérience était parfaite pour le poste.

Alors qu’est-ce qui a mal tourné ?

Eh bien, vous avez probablement réussi à passer au moins quelques étapes durant l’entretien, mais en fin de compte, vous avez été rejeté à cause de certains facteurs au-delà de votre CV.

Dans un marché du travail concurrentiel, vous devez faire plus que montrer que vous pourriez faire le travail raisonnablement bien.

Vous devez également demander à votre (vos) recruteur (s) de travailler avec vous.

Ils vous ont aimé, bien sûr, mais quelqu’un d’autre a réussi à engager vraiment l’intervieweur et les choses ont bien tournées pour lui.

Il est difficile de contrôler ce «facteur de connexion avec le recruteur».

Parfois, les recruteurs font des jugements arbitraires sur votre personnalité qui ne sont pas justes ou exacts.

Cependant, si vous développez vos compétences d’entretien, vous pouvez trouver un moyen de créer une vraie connexion avec à peu près n’importe quel intervieweur.

Si vous n’avez pas pu construire ce « Lien», c’est probablement parce que vous n’avez pas été en mesure de transmettre assez de votre personnalité pour aider l’intervieweur à envisager de s’engager avec vous.

Vous avez exprimé des réponses trop généralistes ou vous n’avez pas pu vous détendre et être vous-même.

Une meilleure préparation vous aidera à vous détendre et à être plus authentique et spécifique dans vos réponses.

Vous étiez « oubliable ».

Le recruteur moyen parlera a beaucoup de candidats avant de pourvoir le poste. Vous devez être en mesure de vous démarquer de la foule si vous voulez l’offre d’emploi.

Ce facteur de « prestation oubliable » va souvent de pair avec l’incapacité de «créer un lien» avec le recruteur (voir ci-dessus).

Vos réponses étaient trop généralistes ou peu développées.

Elles manquaient de substance et d’exemples dont vous aviez besoin pour vous démarquer de la concurrence.

Bien sûr, vous pourriez probablement faire le job, mais le recruteur ne cherche pas quelqu’un qui peut simplement remplir une liste de tâches, mais plutôt quelqu’un qui peut prendre des initiatives et avoir un impact positif sur l’entreprise.

Vous devez être mémorable durant vos entretiens pour espérer décrocher le poste.

Vous en avez trop dit.

Un entretien d’embauche n’est ni l’endroit ni le moment pour discuter de questions personnelles.

Mais qu’en est-il quand une question personnelle se rapporte à la raison pour laquelle vous avez quitté un poste ou pourquoi il y a un vide dans votre CV ?

Le vrai test ici est de savoir si vous êtes capable de discerner ce qu’il est approprié de partager. Si vous en partagez trop, vous risquez de faire dévier l’entrevue ou de paraître non professionnel.

C’est pourquoi il est si important de préparer vos points de discussion si vous avez un problème épineux qui pourrait être discuté durant les entretiens.

Par exemple, que se passe-t-il si vous avez pris un congé pour cause de maladie ou à cause d’un problème familial ?

Vous savez que le sujet sera abordé, alors planifiez comment vous parviendrez à vous en sortir en créant un argumentaire solide.

Habituellement, il est préférable de rester bref et général.

Évitez l’envie d’être sur la défensive ou de trop expliquer.

N’oubliez pas de confirmer que vous êtes prêt à vous engager à ce poste maintenant, même si vous avez dû prendre congé par le passé.

Il est également possible de partager des histoires sur vos postes précédents.

Mais Nous l’avons entendu maintes et maintes fois : « Ne parlez pas négativement de vos anciens employeurs. »

Une conversation négative ne fera que les distraire de vos qualités positives.

Vous avez refusé de poser des questions à la fin de l’entretien.

Avez-vous entendu le vieux cliché que « il n’y a pas de questions stupides» ? Eh bien, dans un entretien d’embauche, il y en a.

L’objectif d’une entrevue est de faire comprendre au recruteur que vous avez l’expérience et les compétences nécessaires pour accomplir le travail tout en assurant à l’intervieweur que vous êtes prêt à vous engager, à travailler d’une manière acharnée et à réussir dans votre rôle.

Vous voulez qu’ils sachent que vous comprenez bien ce que le travail implique et que vous êtes prêt à relever le défi.

À un moment ou à un autre dans presque chaque entrevue, on vous demandera si vous avez des questions. Vous voulez être sûr que vous avez des questions et qu’elles reflètent bien votre personnalité.

Il y a beaucoup de questions que vous pouvez poser qui soutiendront votre objectif.

Vous voulez montrer que vous êtes intéressé, intelligent, et avez fait vos devoirs sur le poste et l’entreprise.

Évitez les questions qui n’ajoutent aucune substance à la conversation.

Ne posez pas de questions sur des sujets que vous devriez avoir déjà étudiés.

Ne posez pas de questions sur les horaires, les heures supplémentaires, les vacances et les avantages du poste (Gardez les pour plus tard).

Saisissez cette opportunité pour montrer que vous voulez en savoir plus sur la vision du recruteur pour le rôle, les obstacles qu’ils prévoient et les opportunités de carrière qui peuvent exister.

Toutes ces erreurs peuvent être évitées avec une bonne pratique et la bonne préparation.

Ça vaut vraiment la peine d’analyser où vous êtes en train de faillir et comment vous pouvez élaborer des stratégies pour faire une impression plus forte en face des recruteurs

Après tout, aucun recruteur ne vous dira exactement pourquoi vous n’avez pas fait l’affaire.

Cependant, si vous interviewez et ne recevez pas d’offres, il est très probable que l’une de ces erreurs soit la source du rejet.